Parcours d’Amélie Nicolas, MCF à l’école d’architecture de Nantes

Parcours professionnel

Amélie Nicolas est enseignante-chercheuse, maître de conférences en sciences humaines et sociales à l’École d’architecture de Nantes. Elle a d’abord effectué une licence d’histoire, avant de faire une maîtrise en histoire sociale sur la mémoire de la Commune de Paris. Grâce à une lettre envoyée au laboratoire de sociologie, elle est passée en DEA de sociologie pour poursuivre sur son sujet en s’orientant vers la sociologie de la mémoire, en continuant à travailler sur la Commune. C’est au cours de ce DEA qu’elle a effectue un stage professionnel à la SAMOA, société publique en charge de l’aménagement de l’Île de Nantes. Après son DEA, elle intègre la deuxième année d’un Master professionnel consacré au patrimoine industriel.

Elle renoue ensuite avec la sociologie et rédige une thèse, consacrée au projet d’urbanisation de l’Île de Nantes, qu’elle avait approché lors de son stage de DEA, sous la direction de Véronique Guienne. Sa thèse soutenue, elle est qualifiée par la 19e section du CNU (sociologie-démographie). Elle n’obtint toutefois pas de poste de maître de conférences en sociologie, malgré une quinzaine d’auditions, du fait de son parcours atypique, entre histoire, sociologie et urbanisme. Elle tente donc le concours de titularisation pour devenir enseignante en sciences humaines et sociales en école d’architecture, un domaine bien plus ouvert à l’interdisciplinarité. Le processus d’entrée y est très similaire, bien que le nombre de postes soit très réduit (7 l’année de sa titularisation, en 2015, plutôt 2 ou 3 habituellement), même si le nombre de candidat·e·s est également plus faible. Amélie Nicolas est recrutée à Paris, où elle exerce quelques années, avant d’obtenir sa mutation à Nantes.

Son contrat l’astreint à 320 heures d’enseignement par semestre, soit presque un temps complet, contre 196 heures pour les maîtres de conférences universitaires. La reconnaissance de la recherche est en effet bien plus récente dans les écoles d’architecture, et le système de décompte n’y est pas le même (le suivi des mémoires des étudiants compte par exemple pour 70 heures d’enseignement, alors qu’il ne compte presque pas à l’université). Il y a donc, malgré tout, une décharge partielle du temps de travail pour la recherche.

Compétences sociologiques en école d’architecture

Si l’analyse du parcours éclaire une chose, c’est le panel de compétences que l’on peut être amené à développer ou renforcer, pour celles déjà existantes. Ce double parcours Histoire-Sociologie est au centre du propos d’Amélie Nicolas, dont elle fait le récit lors de son intervention. L’approche sociologique de l’histoire permet, à la fois, de développer la maîtrise du questionnement des traces, avec une approche par archives, et de travailler l’approche ethnographique par entretiens, afin de questionner les acteurs actuels sur leur façon de maintenir la mémoire.

C’est donc cette alternance entre les méthodes qui fondent sa démarche, que l’on retrouve déjà dans son projet de doctorat sur l’urbanisation de l’Île de Nantes. Cette interdisciplinarité, entre sociologie, histoire et urbanisme, sera valorisée lors de son recrutement en école d’architecture. Mais c’est aussi là, par la pratique de l’enseignement, que s’apprend le savoir-être du professeur.

En effet, selon elle, il n’y a pas de formation spécifique à l’enseignement. C’est donc un apprentissage « sur le tas » qui demande un positionnement spécifique, à la fois avec de la patience et une construction sur le fil. Amélie Nicolas évoque un savoir être pour elle particulier et important, qu’elle entend transmettre aux futurs architectes que sont ses étudiants : la perplexité, qu’elle décrit comme « le temps qui freine l’action ». Les sociologues ne sont pas là pour « désenchanter l’action de l’architecte », mais pour éclairer ses actions par les outils de la sociologie, qui peuvent aider à agir un peu autrement.

Enfin, un élément peu développé, mais qui est une compétence importante, est la capacité d’écriture. Amélie Nicolas est l’auteur de plusieurs ouvrages, notamment L’autre ville (1), l’écriture est une compétence importante des enseignant·e·s, qui doivent notamment savoir écrire en fonction du public auquel ils s’adressent : jury de thèse ou classe d’apprentis architectes.

(1) : Patrick Henry, Amélie Nicolas, L’Autre ville, architectures à l’épreuve de l’a-métropole, Nevers, Master, 2019 (https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02472311v1)

Michael Marx et Alexandre Brunet, le 5 octobre 2021



Citer ce billet
mastertet (2021, 26 octobre). Parcours d’Amélie Nicolas, MCF à l’école d’architecture de Nantes. Les carnets de TET. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rah7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.