La sociologie, une voie possible vers les métiers du journalisme ?

Le mardi 14 décembre 2021, nous avons eu l’occasion d’interroger une ancienne étudiante du master TET (autrefois appelé Master Recherche) sur son parcours professionnel. Afin de respecter son anonymat, nous l’appellerons Emma. Habitée par son expérience de travailleuse sociale et son envie d’écrire, Emma a su associer ses deux passions, en devenant journaliste indépendante pour de nombreuses revues. Elle cumule cependant plusieurs projets professionnels, bénévoles et militants, tels que la dispense de cours en école d’éducateurs spécialisés, la rédaction du scénario de plusieurs tomes d’une bande dessinée, un engagement au sein d’une radio locale.

À travers ces quelques lignes, nous allons décrire les aspirations journalistiques uniquement, d’une femme à la fois militante et passionnée.

Une étudiante dans la vie active

Après son baccalauréat littéraire, Emma s’oriente vers une licence de droit. Sans affinité pour la discipline, elle se décide finalement à passer le concours d’éducateur spécialisé qu’elle obtient après plusieurs tentatives. C’est une formation dense d’une durée de trois années, séquencée par les stages de terrain et les cours théoriques. C’est durant celle-ci qu’Emma découvre la sociologie en tant qu’option. Titulaire d’un diplôme d’éducatrice spécialisée, elle se tourne, par appétence pour la discipline, vers une licence 3 de sociologie (à l’Université de Nantes). Au cours de ses années de Licence 3 et de Master 1 obtenu en 2013, elle poursuivra l’exercice de sa profession. C’est naturellement qu’elle décide d’orienter ses mémoires de recherche vers des problématiques liées au travail social et plus précisément vers la culture professionnelle des éducateurs spécialisés et son impact sur les jeunes qu’ils accompagnent.

Le mémoire comme support de propulsion professionnelle

À l’issue du Master 2, Emma souhaitait faire partager les résultats de ses deux mémoires à une revue de travail social. Dans le cadre d’un TD de Master, Emma s’est essayée à l’exercice de présentation de son enquête dans un article, qu’elle a pu soumettre à une revue spécialisée dans le travail social. Elle souhaitait que ses productions ne soient pas uniquement lues par les membres du jury du mémoire, mais également par les professionnels du travail social. Bien qu’il s’agisse d’une contribution à une revue spécialisée, cela lui a permis de compléter son Curriculum Vitae et de pouvoir obtenir la confiance des rédactions. Ainsi, Emma pu à contribuer en tant que pigiste à des rédactions telles que Le média social, Ouest France, Télérama, Marie Claire, Vice, Slate, Basta Média, Le Monde des ados, Topo, Woman do stuff, Média cité, Fragil, etc.

Qu’est-ce qu’un journaliste pigiste ? C’est un journaliste rémunéré aux papiers, c’est-à-dire  payé à l’article (Le montant de la rémunération, variable selon les rédactions, ne dépasse pas les 55 euros par feuillet, soit 1 500 signes sous Word).

L’inconvénient de ce statut est d’ordre financier et de nombreux pigistes sont en situation de précarité. Pour éviter cela, Emma nous a rappelé l’importance de la création de réseaux socio-professionnels. Ce sont ses nombreuses collaborations au sein de diverses revues qui ont pu lui conférer ce capital. Les pigistes doivent également trouver régulièrement de nouveaux angles afin de se renouveler. C’est pourquoi il est primordial pour eux de s’intéresser à l’actualité générale, mais également aux actualités relevant de leurs sujets de prédilection. Emma, quant à elle, s’intéresse particulièrement à la protection de l’enfance, aux travailleuses du sexe, au féminisme ou encore au cinéma. D’après elle, être journaliste indépendante est un réel atout. Ce statut lui permet de choisir ses propres sujets, et de ne dépendre d’aucune rédaction.

Sociologue et journaliste : des compétences similaire

Souvent, le journaliste est opposé au sociologue notamment au sujet de leurs enjeux professionnels qui diffèrent. Le journaliste informe et décrit des faits sociaux ; quant au sociologue, il propose d’apporter des éléments d’explications scientifiques à ces faits sociaux, “à la fois de l’extérieur : comme les phénomènes qui structurent l’existence sociale des hommes, la déterminent, la conditionnent, et de l’intérieur, dans la mesure où ils sont agissants.”1 Néanmoins, se dessinent des compétences et des qualités transversales aux deux professions. Tout d’abord, la curiosité : un sociologue comme un journaliste doit se tenir au courant de l’actualité, être en alerte face au monde qui l’entoure. Certaines méthodes de travail sont similaires, notamment la conduite d’entretiens et les observations dans le but d’analyser un objet. Les journalistes, comme les sociologues, doivent être dotés de capacités rédactionnelles solides afin d’exposer les résultats de leurs recherches. Les deux catégories de professionnels partagent une certaine éthique notamment en termes de sources.  Par exemple, citer leurs sources, et s’assurer de la véracité de ces dernières ou puissent en produire une critique. Dans certains cas, l’anonymat de certaines personnes ressources est également fondamental. Cependant, dans le journalisme, mais aussi au sein du champ de la recherche, l’écriture ne représente qu’une partie mineure du temps de travail. Pour Emma, qui a également de nombreuses autres activités, celle-ci ne représente que 20 % de son temps. Ainsi, il est impératif de savoir organiser son emploi du temps, pour combiner recherche, écriture et démarches administratives notamment en tant qu’indépendant. Pour finir, Emma a tout de même dû acquérir certaines compétences sur le tas, notamment celles liées au journalisme multimédia comme le montage, l’utilisation de logiciels, ainsi que la connaissance de la législation relative au métier du journalistique et au droit du travail.

Lou Benezit, Marie Grandill et Juliette Mingam

  1.  Hanique, Fabienne. « Enjeux théoriques et méthodologiques de la sociologie clinique », Informations sociales, vol. 156, no. 6, 2009, p 35 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.