Trois parcours de chercheuses : de la recherche académique à la recherche appliquée.

Aurélie Tricoire – Responsable commerciale au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB).

Parcours professionnel

Aurélie Tricoire est responsable commerciale au CSTB. Forte de son expérience, elle nous présente son parcours professionnel et les stratégies mises à profit qui lui sont associées.

Titulaire d’un baccalauréat scientifique, spécialisation science de la matière sur Paris, elle obtient en 2000 un DEUG Communication et médiation culturelle à l’Université de Paris VIII. Trois années plus tard, elle est détentrice d’une maîtrise de sciences techniques ainsi que d’un Master Recherche, en sociologie et analyse des politiques publiques, à Sciences Po Paris.

Ses projets l’amènent à partir en thèse. Elle obtient ainsi son doctorat de Sociologie en 2008 à l’Université de Toulouse, où elle mêle sociologie des sciences et des techniques et sociologie de l’innovation. Avec son sujet portant sur l’action publique et pratiques scientifiques, enquêtant plus avant les interactions autour d’un projet de recherche européen, elle obtient les félicitations du jury. Le format CIFRE de sa thèse la conduit à travailler au sein du groupe Technopolis, une entreprise parisienne de conseil en sciences et innovations.

Aurélie Tricoire rentre au CSTB en 2010, avec pour mission d’accompagner les acteurs de la construction. Après quelques années en poste, elle décide d’intégrer HEC Paris (2016), afin de se former à l’administration et à la gestion des affaires. Elle obtient en 2020 le poste de responsable commerciale du CSTB, à Nantes.

Compétences sociologiques

Bien que ses activités semblent être éloignées de sa formation sociologique, elle utilise au quotidien ses apprentissages. Ses acquis sociologiques lui permettent aujourd’hui d’adapter son discours-client, plus encore de décortiquer les usages sociaux des innovations qu’elle expertise, mais aussi de penser l’acceptabilité sociale de ces nouvelles technologies.

Lors de son intervention, Aurélie Tricoire nous offre des conseils avisés sur les choix stratégiques à optimiser dans le parcours universitaire, et au-delà. Durant sa thèse, elle continue de publier à foison. Cette visibilité est aujourd’hui au cœur de ses compétences professionnelles, lui permettant de réaliser des séminaires et conférences. Son expertise continue de s’illustrer parallèlement dans de nombreuses publications académiques. Aurélie Tricoire, dans un discours embué d’honnêteté, nous invite à adopter toute stratégie cumulative afin de nous dissocier (maîtrise de logiciels, formations complémentaires, usage du quantitatif, maîtrise d’une autre langue…). Son mot d’ordre : “oser”.

Claire Auzuret

Parcours professionnel

Claire Auzuret est ingénieure de recherche à SciencesPo Rennes (post-doctorante), son travail porte sur la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté.

Avant de détailler ses fonctions actuelles, revenons sur son parcours scolaire et professionnel. Elle a obtenu un master de sociologie parcours recherche à l’université de Poitier.

Elle s’engage par la suite vers une thèse (financée pour trois ans par la CAF/ région Pays de la Loire) qu’elle validera (lauréate du prix de recherche Caritas), intitulée : “Analyse des processus de sortie de la pauvreté. Pauvre un jour, pauvre toujours ?” à l’université de Nantes.
Quelques années plus tard, elle se qualifie aux fonctions de maîtresse des conférences.

Elle a fait le choix d’une carrière professionnelle dans le monde académique. Conjointement à sa thèse, elle a été assistante technique à la recherche, agent contractuel de droit public (tous deux à l’université de Nantes), agent temporaire vacataire en sociologie et enfin ingénieure d’études dans le cadre du projet de recherche IDEFI-PARE (“Initiatives d’excellence en formations innovantes- Parcours réussite”).
Après sa thèse, elle a travaillé sur ce même projet en tant qu’ingénieur de recherche pendant environ un an.

Compétence sociologique

Désormais, son travail consiste à la réalisation d’une veille et étude documentaire (sur les conventions de contractualisation entre l’état et les différentes divisions administratives que constituent les régions, départements et métropoles), à traiter des données statistiques (à partir des budgets présents au sein de ces conventions).
De plus, elle participe à l’élaboration des grilles d’entretiens et à la conduite des entretiens territoriaux (précédé de la recherche d’acteurs et des prises de contact avec les enquêté(e)s). Elle a mené une trentaine d’entretiens.
Enfin, elle se charge de l’analyse des données qualitatives, qu’elle présente sous forme de compte-rendu.

Ainsi, Claire Auzuret a développé de solides compétences méthodologiques au cours de ses formations et expériences professionnelles en sociologie. Elle maîtrise à la fois les méthodes d’enquêtes qualitatives et quantitatives.

Portrait de Juliette Mengneau – Recherche, enseignement et précarités, quelles difficultés rencontrent les jeunes chercheurs et chercheuses.

Juliette Mengneau est post-doctorante depuis novembre 2018 et vient de terminer au mois de novembre 2021 un contrat d’ingénieurs d’étude à l’université de Poitiers.

Le parcours doctoral et postdoctoral de Juliette Mengneau est représentatif de la précarisation de la recherche pendant et après le travail de thèse. Il met au jour les difficultés des jeunes chercheurs et chercheuses à trouver des financements de thèse, mais aussi à réaliser leur travail de recherche qui se combine souvent avec l’occupation d’un poste d’enseignement à l’université auprès des jeunes étudiants.

Financer un travail de thèse

Juliette a commencé sa thèse en 2011 sous la direction de Marc Suteau en co-direction avec Annie Collovald, également enseignante à l’université de Nantes.

La recherche de thèse de Juliette Mengneau portait sur l’enseignement privé et public dans les années 1980 avec pour démarche de comprendre comment l’action des collectivités locales a participé à modifier la dynamique de scolarisation entre les institutions publiques et privées. Le projet est proposé à un financement régional, mais sans succès face aux projets d’étude de huit autres candidats. Elle obtient quelque temps plus tard un financement de trois ans dans le cadre d’un contrat avec l’école doctorale d’Angers qui lui permet d’engager son travail.

Afin de mieux financer son travail et de conserver plus solidement un lien avec l’université, elle postule à un poste d’ATER à l’université de Nantes pour la rentrée 2011. Elle dispense un total de 63 heures de cours durant l’année aux étudiants de Licence. Très prise et passionnée par son travail d’enseignement pendant deux ans, le temps manque pour rédiger son travail. L’année suivante, son contrat avec l’école doctorale prend fin  sans qu’elle n’ait fini de rédiger son travail.

Poursuivre sa recherche de financement et connaître le chômage

C’est alors une alternance entre contrat courts et période de chômage propice à la rédaction qui vont se succéder au cours du travail de thèse et se prolonger après sa soutenance. En 2015 Juliette Mengneau occupe un poste d’ingénieur d’études auprès de Sophie Orange pour étudier les images sociales et mentales de l’enseignement supérieur chez les lycéens. Elle reprend un poste d’ATER à temps plein en 2016, au cours de sa cinquième année de thèse. Ce travail lui demande beaucoup de temps de préparation afin d’assurer pleinement les 192 heures de cours auprès des élèves. Le métier d’enseignante qui lui a toujours tenu à cœur est prenant et ne lui a pas accordé le temps nécessaire à la poursuite de ses travaux qui nécessitait pourtant d’être encore financés.

Finalement les possibilités de financement en occupant des postes d’ATER ou d’ingénieur d’études et qui s’offraient à elle s’épuisent. Elle se met au chômage afin de se consacrer à la rédaction de sa thèse qu’elle soutient en novembre 2018. Depuis, elle a effectué trois contrats courts postdoctoraux qui ont été entrecoupés de périodes de chômage.

Postdoctorat et précarité

Les objectifs de la recherche en doctorat de sociologie sont bien souvent de pouvoir prétendre à l’obtention d’un poste de maître de conférences en université. La réalisation d’une thèse et sa soutenance sont parfois pensées par les élèves de Master et parfois les doctorants comme des préalables à l’accès à un poste. Or, la présentation à un concours pour l’obtention d’un poste doit passer par une qualification qui se concrétise dans de nombreux cas par la publication d’un ouvrage du travail de thèse. Il faut également attendre la libération d’un poste dans les différentes sections du Conseil National des Universités (CNU).

L’attente de la libération et de l’obtention d’un poste peut prendre plusieurs années au cours desquelles peuvent s’accumuler diverses expériences professionnelles de recherches ou d’enseignements avec des contrats à durée déterminée comme cela est le cas de Juliette Mengneau. Après sa soutenance elle a occupé un poste d’ingénieure de recherche pendant quatre mois, puis a réalisé un contrat de 10 mois pour la diffusion d’un questionnaire sociologique auprès d’étudiant et enfin un contrat d’ingénieur d’études à l’université de Poitiers de quelques mois et qui s’est clos en novembre 2021.

Ce parcours des jeunes chercheurs en post-doctorat n’est pas une expérience spécifique à Juliette Mangneau. De nombreux post-doctorants ont connu ou connaissent encore une période de flottement entre la finalisation de leur travail de thèse, leur qualification et l’obtention d’un poste. Une période marquée par des contrats d’enseignements ou de recherche courts et qui entraînent une forme de précarité en raison notamment des modalités de versement des salaires.

Auteur.trices du compte-rendu : Léa Gallin, Lucie Ruel et Hugo Desceliers

Bibliographie :

  • Juliette mengneau, De “la catho” au privé : socio-histoire d’une reconfiguration du service public d’éducation depuis la loi Debré : le cas des Pays de la Loire. Sous la direction de Annie Collovald et de Marc Suteau. Soutenue le 05-11-2018 à Nantes , dans le cadre de l’Ecole doctorale Sociétés, temps, territoires (Angers), en partenariat avec Université Bretagne Loire (COMUE) , et de Centre Nantais de sociologie (laboratoire) . Le président du jury était Jean-Yves Rochex. Le jury était composé de Yves Verneuil, Billes Moreau.
  • Aurélie Tricoire, Action publique et pratiques scientifiques. Interactions autour d’un projet de recherche européen. Thèse de doctorat en sociologiesoutenue le 25 novembre 2008, à l’Université Toulouse le Mirail, sous la codirection de Catherine PARADEISE, LATTS-TIO & Daniel FILÂTRE, CERTOP. Le jury était composé de Franck Cochoy, Professeur des universités (Président) Bastiaan de Laat, Évaluateur (Encadrant CIFRE) Daniel Filâtre, Professeur des universités (Co-directeur) Christine Musselin, Directrice de recherche (Rapporteur) Catherine Paradeise, Professeur des universités (Co-directrice), et Dominique Vinck, Professeur des universités (Rapporteur).
  • Claire Auzuret, Analyse des processus de sortie de la pauvreté. Pauvre un jour, pauvre toujours ? thèse de doctorat obtenue le 7 décembre 2017, Université de Nantes, sous la direction de Martine Mespoulet. Thèse soutenue devant un jury composé d’Éric Verdier, Directeur de recherche CNRS, Université Aix-Marseille (rapporteur), de Gilles Moreau, Professeur des universités, Université de Poitiers (rapporteur), de Cécile Lefèvre, Professeure des universités, Université Paris Descartes (présidente du jury), de Pascale Moulévrier, Professeure des universités, Université de Nantes (examinatrice) et de Martine Mespoulet, Professeure des universités, Université de Nantes (directrice de thèse).


Citer ce billet
mastertet (2022, 22 février). Trois parcours de chercheuses : de la recherche académique à la recherche appliquée. Les carnets de TET. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/raha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.