Le secteur du conseil comme débouché professionnel : un moyen de faire valoir ses compétences sociologiques ?

Introduction 

Etudiant-es du master TET de l’UFR de Sociologie de Nantes nous avons rencontré trois ancien-nes étudiant-es insérés professionnellement. Ainsi, nous avons rencontré Clémence Nicolaidis qui est aujourd’hui rédactrice scientifique dans une entreprise privée, Karine Meslin qui est chargée d’études au GERS (Groupe d’études et de recherches sociales, et Johann Tesson, consultant dans une entreprise qu’il a créé lui-même. Le titre du séminaire était “le conseil comme débouché” et s’inscrivait dans un cours destiné à faire découvrir aux étudiant-es les différentes orientations possibles après un master de recherche en sociologie. En charge d’animer ce séminaire, nous l’avons imaginé comme un entretien collectif. A tour de rôle nous posions des questions aux trois intervenants. Pour cela, nous avions préparé des grilles d’entretiens individuelles mais sommes restés souples sur la manière de mener l’entretien afin qu’il ressemble plutôt à une discussion. Ces grilles d’entretiens sont consultables en annexe. Dans ce compte-rendu nous nous sommes demandé en quoi ces différents profils d’individus relevant du secteur du “conseil”, mettent-ils en lumière des modes différentiels d’utilisation des connaissances sociologiques ? Dans quelles mesures le secteur professionnel de conseil peut-il constituer un établissement pour les étudiant-es en master TET ? Après avoir détaillé les trajectoires universitaires des intervenant-es, nous nous intéresserons à la manière dont ils remobilisent leurs savoirs sociologiques en compétences professionnelles. 
    

 1. Trajectoires universitaires et insertion professionnelle

Clémence Nicolaïdis est tout d’abord intégrée à une licence de sociologie et anthropologie à l’UCO (Université Catholique de l’Ouest). Elle s’est ensuite dirigée vers une trajectoire universitaire à contre-courant de la volonté de ses parents. En effet, elle a décidé de s’orienter en sociologie après le baccalauréat, contre l’Avis de sa mère (orthophoniste) et son père (cadre dans une grande multinationale). Dès la licence, elle a effectué des stages (en bibliographie et sur la préprofessionnalisation), ce qui l’amena progressivement à s’intéresser à la recherche en sociologie, tournant le dos à sa volonté initiale de s’orienter vers une professionnalisation dans les ressources humaines.  Elle a poursuivi avec un master 2 métiers du diagnostic à l’UFR de sociologie de l’Université de Nantes. Ses recherches se sont alors orientées vers la sociologie de l’éducation, en particulier concernant les filières technologiques au lycée. Mais, sa thèse en sociologie de l’éducation et de la formation ne fut pas menée à son terme après l’obtention du master, “Je n’ai pas réussi à m’affirmer sur mon objet de recherche” dit-elle. Cependant, ses quatre années en tant que doctorante lui ont permis d’approfondir ses compétences dans la recherche et dans l’enseignement en dispensant des cours de travaux dirigés. En fin de thèse, “par hasard”, elle trouve sur pôle emploi une offre pour devenir “rédactrice scientifique”, dans un grand groupe de conseil. L’entreprise la recrute, prétextant vouloir “s’ouvrir aux sciences humaines et sociales”. 

Vendéen partant vivre à Nantes pour ses études, Johann Tesson s’inscrit en licence de sociologie à l’UFR de sociologie de Nantes. Souhaitant initialement intégrer une école de journalisme, il dit avoir choisi la sociologie par curiosité, mais également au regard de son appétence pour la littérature et l’écriture qui le conforte dans le choix de cette discipline. J.Tesson oriente ses recherches de DEA, sous la direction de Charles Suaud, autour de l’image de la ville, la construction de cette image et la communication de la mairie de Nantes envers ses habitants. Ce travail sur la communication institutionnelle a eu un impact déterminant sur sa trajectoire professionnelle. D’une part, travailler autour de la communication fait sens avec son envie initiale de s’orienter vers le journalisme et d’autre part, il développe son réseau lors de son enquête qui lui servira par la suite dans sa carrière professionnelle. Finalement, ses expériences de recherche passées l’amènent à s’insérer dans le milieu de la communication institutionnelle, comme en travaillant pour La Gazette des Communes. Un lien étroit entre la trajectoire universitaire et la trajectoire professionnelle s’observe chez Johan Tesson, de sa vocation pour le journalisme, à l’apport de ses recherches en sociologie, jusqu’à l’utilisation des réseaux qu’il a pu développer durant ses années universitaires.

C’est en licence 2 que Karine Meslin rencontra un thème de recherche qui va orienter sa trajectoire universitaire. Pour le cours de sociologie de l’immigration, elle effectue un entretien avec une personne immigrée, démarche qui l’intéresse à la fois pour la dimension méthodologique, et par la remise en cause des prénotions. Son parcours de recherche en master fut centré sur les problématiques autour de l’immigration. D’abord avec une recherche sur l’immigration Cambodgienne, s’intéressant alors à une immigration “moins visible”. Elle interroge les approches par les politiques d’accueil, ainsi que les raisons et ressources avec lesquelles les immigrés partent de leur pays. Sa seconde recherche de master porte sur la condition ouvrière des réfugiés Cambodgiens dans une entreprise. Après l’obtention d’un financement, elle se dirige vers une thèse sur les réfugiés cambodgiens de la région des Pays de la Loire, via une “étude ethnographique d’une immigration de ” bonne réputation “, soutenue en 2004. Elle effectua plusieurs cours comme ATER puis maître de conférences, ainsi qu’une étude sous contrat pour une association afin d’interroger la lutte contre les discriminations. Ce n’est que lors d’un évènement à la MSH (Maison des Sciences de l’Homme Ange Guépin), qu’elle rencontre un membre du GERS (Groupe d’études et de recherches sociales), lui informant d’un poste vacant auquel elle pourrait postuler. C’est donc par le milieu de la recherche, les espaces locaux dédiés à la recherche, qu’elle trouve cette opportunité. On peut supposer que le contrat précédemment effectué avec l’association en lien avec l’immigration l’a déjà socialisé à l’expertise envers des acteurs en dehors du champ universitaire. 

 2. Des savoirs sociologiques remobilisés en compétences professionnelles 

Les trois intervenant.es se caractérisent par un investissement des savoirs sociologiques obtenus durant leurs études à Nantes dans leur activité professionnelle respective. En dépit de cette utilisation partagée, cette dernière ne prend pas les mêmes formes et ne se réalise pas selon les mêmes modalités en fonction des cas. L’idée de cette deuxième partie est de mettre en avant le lien existant entre les formes d’investissement des connaissances sociologiques et l’activité professionnelle acquise. Il nous apparaît alors qu’une socialisation professionnelle universitaire longue, telle que celle vécue par Karine Meslin, une pratique professionnelle au plus près des pratiques à l’œuvre dans le milieu académique, et ce que ce soit en matière de méthodologie utilisée ou en termes de posture professionnelle.

Pour Johann Tesson, la sociologie semble avoir toujours été en lien avec l’expertise et destinée à être appliquée au service des problématiques de communication. Sans se présenter sociologue, il n’en reste pas moins un praticien des méthodologies empiriques usitée en sociologie. La description qu’il nous donne de son activité professionnelle traduit cette utilisation pratique de la sociologie. Pour lui, il s’agit avant tout de trouver des « solutions » aux problématiques qui lui sont proposées par les commanditaires qui sollicitent les services de son entreprise Quali’Strat. Créée en 2011, Quali’Strat est un cabinet d’études, de conseils et d’élaborations stratégiques auprès d’entreprises, de collectivités et autres institutions. Il intervient notamment auprès d’acteurs du secteur de l’économie sociale et solidaire, de la santé ou de l’enseignement supérieur. Il vise à ajuster l’offre de biens et de services proposés par ces réalités socio-économiques, aux tendances et aux évolutions portées par la société et les « citoyens-consommateurs » qui la composent (expression utilisée dans un article publié dans Finyear par Johann Tesson, le 20 juin 2013). La mise en œuvre de cet ajustement, dont Johann Tesson s’est fait expert, repose sur la réalisation d’études qualitatives. La mise en œuvre de cet ajustement dont Johann Tesson s’est fait expert, repose sur la réalisation d’études qualitatives.  Ces dernières s’appuient sur la construction d’échantillons représentatifs et d’une grille d’entretien. Dans le cadre des entretiens (qu’il retranscrit et analyse), il va s’atteler à reconstruire les parcours des personnes enquêtées. Ensuite, se met en place un processus d’exploitation des résultats obtenus par ces études, ainsi qu’un travail visant la détermination de stratégies élaborées sur la base des résultats obtenus. Pour finir, son entreprise propose la création d’outils afin de mettre en œuvre les stratégies possibles.

Dans sa pratique professionnelle et dans la manière dont il nous la présente, Johann Tesson a complètement intégré les logiques de l’expertise, en plus d’adopter un vocabulaire spécifique et technique (réaliser des diagnostiques, émettre des préconisations), souvent à grand renfort d’anglicismes (organiser des « focus group », obtenir un « feed back »). Contrairement aux normes académiques d’organisation de la recherche et de sa restitution, l’objectif est ici d’accorder une place importante aux recommandations et à la formulation de « scénarios » d’amélioration applicables immédiatement. Il dit lui-même effectuer de la « recherche action », dont la temporalité et la forme dépendent étroitement des commanditaires qui sollicitent ses services et de leurs besoins. D’un point de vue théorique, il nous dit s’informer sans nécessairement exploiter ni agrémenter le savoir sur les questions qu’il traite. Pour lui, ses études n’ont pas vocation à être extrapolées et restent fortement dépendantes des contextes locaux particuliers. Ainsi, malgré l’utilisation de méthodes empiriques proches de celles enseignées en sociologie, la pratique professionnelle de Johann Tesson est symptomatique de l’écart existant entre elle et la recherche plus académique.

Auteure d’une thèse en sociologie et détentrice d’un parcours d’enseignement à l’université, Karine Meslin incarne le processus de socialisation le plus long et le plus complet aux normes du travail académique. Depuis 5 ans, elle travaille au GERS (Groupe d’Études et de Recherches Sociales), un bureau d’étude sociologique nantais. Contrairement à l’apparente parenté entre le cabinet de Johann Tesson et le GERS, ce dernier s’en distingue de deux manières. D’une part, par le type de marchés auquel ses membres postulent et sur leurs études se focalisent. D’autre part, en raison des méthodologies utilisées dans la construction et la réalisation des études qualitatives, ainsi qu’au regard des modes de restitution des résultats privilégiés.

Une des particularités de l’activité de travail au GERS repose sur la dépendance aux marchés publics et en particulier aux appels à projet d’étude que ces marchés publics organisent. Or, en raison de sa faible envergure, le GERS ne peut prétendre qu’à des « petits contrats », dont le seuil est fixé à 30 000 euros d’après Karine Melin. Postuler à l’obtention de ces contrats implique concrètement d’être mis en concurrence avec d’autres bureaux d’études (au moins 3 pour un seul contrat). La présentation d’un protocole d’enquête et la présentation des charges par le projet représentent les conditions d’accès à ces marchés. Le cahier des charges comprend notamment le volume et le temps d’entretiens demandés. Ainsi, l’obtention de ces marchés suppose un travail de préparation qui n’est pas rémunéré. Autrement dit, on a à faire ici à une forme de travail rendue gratuite si l’institution publique ne retient pas notre candidature. En outre, se plier à un cahier des charges contraint Karine Meslin à optimiser son protocole d’enquête afin que son temps d’enquête soit rentabilisé. Cela a des conséquences pratiques sur la manière de mener les études sociologiques : les entretiens sont réalisés en groupe, ils ne sont pas systématiquement enregistrés ni retranscrits Enfin, les publications que Karine Meslin peut tirer de ses études ne font pas nécessairement l’objet de rétribution et ne servent réellement qu’à rendre visible son travail et entretenir le sérieux scientifique du GERS. 

S’agissant de son rapport professionnel à la sociologie, Karine Meslin oriente son travail dans des perspectives d’analyse proches de ce que l’on peut retrouver classiquement dans le milieu académique, et notamment en accordant une place relativement réduite aux applications concrètes de ses recherches. A ce titre, il existe un rapport ténu entre son parcours universitaire et de recherche et la pratique sociologique qu’elle adopte dans le cadre de son activité au GERS. Elle parle dès lors d’une activité « hybride » entre la recherche et l’application, entre la mise en œuvre de la démarche de recherche qualitative et d’objectivation, et l’intégration des résultats des études dans le cadre de politiques publiques.

De son côté, Clémence Nicolaidis se situe dans une forme d’entre-deux par rapport aux profils de Johann Tesson et de Karine Meslin. En effet, du point de vue de son parcours professionnel, elle peut se prévaloir d’une expérience relativement courte d’enseignante à l’université en sociologie (elle était ATER), expérience après laquelle elle a obtenu un emploi de rédactrice scientifique dans l’entreprise « FI group » (une entreprise de conseil financier). D’après ses propos, l’obtention de cet emploi est née d’une ouverture pour les Sciences Humaines désignées par l’entreprise « FI group ». Plus concrètement, ce travail consistait à soutenir et conseiller les projets de recherche développés par les sections « Recherche et développement » des entreprises auprès de commissions pouvant accorder aux dites entreprises des crédits d’impôts. Dans cette perspective, son rôle était d’effectuer des recherches sur les sujets d’innovation sur ceux qui souhaitaient se concentrer sur les entreprises qu’elle conseillait, de rédiger les dossiers soumis à la commission et de défendre le visage à elle. En septembre 2020, elle a rejoint l’entreprise SKOAZ pour réaliser les mêmes prestations de conseil et de recherche. Cette nouvelle entreprise a cependant la particularité de prendre davantage en compte la responsabilité sociale, écologique et politique des entreprises quant aux recherches et projets que celles-ci avancent et se développent. 

Clémence Nicolaidis est donc passée du public au privé, en somme, et souligne le contraste entre le monde académique et le monde de l’entreprise. Outre le passage d’un secteur à un autre, c’est aussi des transformations de ses conditions d’emplois et les avantages retirés de ce changement qu’elle mentionne durant l’entretien que nous avons eu avec elle (avantages en termes de salaires, de voyages, de « paillettes »). Bien qu’elle ait laissé de côté l’enquête sociologique « universitaire » à la suite de l’abandon de sa thèse, elle indique être attachée au travail de recherche et trouve dans ses compétences sociologiques une utilité professionnelle. Elle fait notamment valoir ses compétences sociologiques en matière de réflexions qui ne dépendent pas que de la technique mais s’attardent aussi sur les conditions sociales de formalisation des projets de recherche. A l’instar de Johann Tesson, la dimension appliquée des projets qu’elle rédige et soutient occupe une place importante dans son travail. Pour elle, la mobilisation des compétences sociologiques correspond à une certaine capacité d’adaptation selon les projets, que ce soit dans la recherche bibliographique ou la prise en compte des risques sociaux liés aux innovations proposées.

Conclusion 

  En s’intéressant aux trajectoires des intervenant-es nous avons donc remarqué que divers points essentiels lient la trajectoire universitaire et professionnelle : la socialisation à la recherche (Meslin/Nicolaïdis), le thème de recherche du mémoire (Meslin/Tesson), les opportunités que peuvent offrir les réseaux (Meslin/Tesson), la qualification au niveau master emmenant vers le secteur privé (Nicolaïdis/Tesson). Les trois intervenant-es ont également relevé le cap entre la culture universitaire et la culture du secteur privé, ce qui rend plus difficile l’insertion dans la vie professionnelle. Ceci est à relativiser pour Karine Meslin, étant moins confronté à une culture d’entreprise privée dans le GERS, mais s’y confrontant en tant que concurrente de cabinet privé. En travaillant dans le privé les intervenant-es se sont éloigné-es de la recherche fondamentale telle qu’elle peut être enseignée à l’université. Mais, pour réaliser les tâches qui leur sont demandées, les savoirs sociologiques, notamment en termes de méthodologie, peuvent être réinvestis. Toutefois, nous avons souligné que c’est un réinvestissement différencié des savoirs sociologiques qui s’opèrent selon la nature et la durée du parcours universitaire des individus. En effet, Karine Meslin, dont le parcours universitaire a été le plus long, défend une “posture” qu’elle dit “politique” et souhaite minimiser sa vocation à fournir des perspectives à ses clients. Elle travaille pour des projets qui l’intéressent tels que le logement social, la lutte contre les discriminations ou l’immigration mais se dit mal à l’aise lors des demandes de conseils des clients. Elle dit avoir alors une “décision politique” à prendre.  Le changement de “posture” induit par le passage de l’université à l’entreprise privée et de manières d’envisager son travail conditionnent donc également la remobilisation des savoirs et méthodes sociologiques acquises à l’université. En effet, les intervenant-es parlent de “clients” et non pas d’enquêté-es, de “diagnostic” et non pas d’enquête. L’insertion dans le secteur du conseil et plus largement dans le privé, suppose l’assimilation d’une nouvelle culture de travail, voire l’acculturation professionnelle par un nouvel apprentissage dans les manières de travailler, la posture à adopter et l’objectif de son travail. Enfin, soulignons que Johann Tesson et Clémence Nicolaidis ont indiqué que les marchés dans lesquels ils travaillent “se portent très bien” et qu’ils vivent de manière confortable. A contrario, le statut et les conditions de travail de Karine Meslin sont davantage précaires. Elle est désormais seule à exercer au sein du GERS, les postes autrefois occupés n’ayant pas été remplacés. Elle indique qu’elle “est salariée mais ne sait pas si ça va tenir”. D’après elle, il y aurait une demande croissante de conseils mais pas d’études.

Champciaux Elisa, Erceau Guillaume, Rousseau Mathis, étudiant.e.s du master TET.



Citer ce billet
mastertet (2022, 24 février). Le secteur du conseil comme débouché professionnel : un moyen de faire valoir ses compétences sociologiques ? Les carnets de TET. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rahb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.